Une vie, un témoignage

Michel Houche Mai 1955 – Juin 2014

C’est avec une immense tristesse que nous vous faisons part du décès de notre ami Michel Houche, président de Waldenström France. Toute notre association est en deuil et pleure un homme d’exception. Nous adressons nos plus sincères et nos plus profondes condoléances à sa femme Brigitte qui l’a soutenu et secondé dans tous les domaines et à ses chers enfants David et Martin.

Peu d’hommes auront eu une vie aussi riche et fertile que celle de Michel Houche. Chimiste nucléaire de profession, il a travaillé 32 ans à la centrale nucléaire de Marcoule où il s’est distingué par cette exigence dont il a toujours fait preuve dans chacune de ses activités. Michel était aussi un sportif remarquable. Il a joué pour son équipe de rugby locale du sud de la France pendant vingt ans, ensuite pendant quatorze ans il a continué en tant qu’arbitre. Il pratiquait également assidûment le volley-ball et le tennis.

Comme si tout cela ne suffisait pas, Michel a patiemment constitué la plus grande collection de bouteilles de Coca-Cola au monde ! 4000 bouteilles toutes différentes, provenant de tous les pays et pour certaines n’existant qu’en un seul exemplaire. Il a commencé par remplir son appartement d’Avignon puis a inauguré en juin 2006 un musée privé dédié à sa passion et ouvert gratuitement à tous.

Michel n’était pas seulement un homme d’énergie, il était aussi un homme de cœur, il a toujours tenu à s’occuper des autres comme en témoigne son investissement de trois années à l’association caritative des « Restos du cœur » dont deux en tant que responsable du centre d’Avignon.

C’est en décembre 2006 qu’il a été diagnostiqué Waldenström. Il a traversé courageusement tous les traitements, d’abord chloraminophène en 2007 suivi de RFC en 2007-2008 puis subi une valvuloplastie mitrale en 2009. Enfin, suite à la découverte d’un amas ganglionnaire (lymphome à grandes cellules) en janvier 2013, six cures de R-CHOP suivies d’une autogreffe qui a été pour lui une très lourde épreuve aussi bien sur le plan clinique que psychique.

Dès 2008, porté par ce sens de l’initiative qui le caractérisait si bien, Michel a mis sur pied, chez lui en Avignon, la première réunion de malades français atteints de la maladie de Waldenström. L’année suivante, il organisait la première réunion patients-médecin à Vienne, en France. Les réunions se sont ensuite succédées chaque année tantôt à Vienne tantôt à Paris. Elles ont permis aux patients francophones de rencontrer les plus grands médecins spécialistes de la MW de notre pays.

La première réunion patients-médecin de 2009 a vu la naissance de l’association Waldenström France dont Michel est tout naturellement devenu le président et surtout l’animateur infatigable et efficace. Ainsi il a tout de suite compris que pour faire face à la dispersion des patients sur notre territoire, il fallait créer, en complément de la liste de discussion si fondamentale, un site web facile d’accès qui permettrait d’offrir à chaque nouveau diagnostiqué un lieu de réconfort visuel et vivant, contenant des photos, des témoignages, une bibliothèque étoffée très accessible et surtout une carte de localisation de chaque membre permettant des échanges de proximité et un soutien physique actif.

C’est grâce à lui et à sa ténacité durant 2 ans que l’association dispose aujourd’hui de cet outil irremplaçable. C’est aussi grâce à lui qu’en juin 2012 une poignée d’entre nous a eu la chance de pouvoir participer, dans le cadre de l’association Tous Chercheurs, à un stage passionnant d’expérimentation en biologie encadré par des scientifiques et ciblant notre maladie. Certains d’entre vous qui avez participé au Workshop de Stockholm et de Venise ou à la première rencontre de Londres l’ont peut-être croisé ou ont eu l’occasion d’échanger quelques mots avec cet homme remarquable, ouvert et communicatif.

Michel était une belle personne. Il avait le don de donner à chacun le sentiment d’être unique. Il était extraordinairement enthousiaste, charismatique et d’une drôlerie irrésistible. Tous ceux qui l’ont côtoyé garderont en eux son merveilleux sourire et son extraordinaire empathie. Il savait dédramatiser, accueillir le malade et mettre entre celui-ci et la maladie le pare-feu de l’humour et la chaleur de l’amitié. En perdant notre président, nous perdons un grand organisateur mais nous perdons surtout un ami formidable. Désormais orpheline, notre association va s’efforcer de reprendre le flambeau qu’il avait su allumer et entretenir pendant toutes ces années.

François Soulié
Membre du bureau de Waldenström France

Les commentaires sont fermés.